le Nouveau Brunswick

Bandhavgarh
22/06/2017
Sherwood
22/06/2017

le Nouveau Brunswick

Avec sa consonance bien plus anglaise que francophone, le Nouveau Brunswick est loin d’avoir la notoriété du Québec. Pourtant j’y ai découvert un peuple formidablement accueillant, fermement attachée à sa culture et ses valeurs, au milieu d’une superbe nature et des plus grandes marées du monde.

Le Nouveau-Brunswick a de sacrés atouts pour séduire le voyageur. De la beauté de ses paysages à ses délicieux homards, il sera au goût des amateurs de nature et de gastronomie. Le Nouveau-Brunswick a su rester nature et c’est là son charme ; prendre un bol d’air frais dans le Parc National de Kouchibouguac à la découverte de ses tourbières, ses marais salés, ses lagunes et ses immenses dunes de sable, ou explorer le Parc National Fundy pour une randonnée magique à travers forêts acadiennes, montagnes, ruisseaux et chutes d’eau ,à chacun de choisir. Au départ de Saint-Andrews ou de l’Ile de Grand Manan, vous pourrez aussi y embarquer pour une excursion en mer à la rencontre des baleines.

Le Nouveau-Brunswick est le paradis du homard.  Il s’y décline à toutes les sauces : en omelette, sandwich, en gratin, en quiche, en soupe ou même en dessert. On le trouve en abondance dans les eaux de la région et il fait vivre de nombreux ports de pêche. Shédiac s’est autoproclamée capitale mondiale du homard,  avec une foule de restaurants qui servent des spécimens fraîchement pêchés, un festival qui lui est consacré en juillet et une statue géante de l’animal.

La province du Nouveau-Brunswick  partage des frontières communes avec les provinces de Québec, de la Nouvelle-Écosse et l’État américain du Maine. Sa superficie est de 73 500 km² (l’équivalent de l’Irlande), dont 85 % du territoire est couvert de forêts. Les régions habitées sont principalement situées le long des côtes et des rivières. La ville la plus importante est Saint John / Saint-Jean, suivie de Moncton et de la capitale provinciale Fredericton. Historiquement, le territoire du Nouveau-Brunswick faisait partie de l’Acadie, une colonie de la France au 17e siècle. Mais parmi les 739 900 habitants actuels, les francophones ne représentent que 31% de la population : la grande majorité des francophones du Nouveau-Brunswick sont de descendance acadiennes. La province est officiellement bilingue (français-anglais).

” Comment ne pas tomber en extase devant les beautés que nous offre la nature de notre coin du Canada. Il suffit de longer la côte pour découvrir des paysages naturels spectaculaires, de visiter nos parcs nationaux pour remplir nos poumons d`un air pur, d`admirer nos forêts en écoutant le chant des oiseaux ou des ruisseaux, de rencontrer un animal sauvage, nous avons tout ça juste à côté de nous, il suffit de prendre le temps d`en profiter.

J’avais l`habitude de marcher sur le sentier des Chutes Dickson du Parc National Fundy, un parcours de près de 2 km en une trentaine de minutes. C`était l`occasion de me dégourdir les jambes en attendant de voir le point culminant, une jolie cascade… Quelle ne fut pas ma surprise d`en voir tellement, mais tellement plus, en refaisant le même parcours en 3 heures accompagné d`un photographe admiratif de tout ce qui est ¨nature¨. Il fallait s`arrêter devant chaque champignon, admirer le tapis de mousse d`une verdure incroyable, le soleil tamisé par les arbres d`une centaine d`essences différentes, et tout ça sur seulement quelques kilomètres. Imaginez si nous pouvions en faire autant partout dans la province, quel délice pour les sens ! C`est ça le Nouveau-Brunswick. Le parc National Kouchibougouac est tout aussi spectaculaire avec ses aventures en mer, ses plages magnifiques, ses sentiers naturels à n`en plus finir, ses animaux sauvages et quoi encore ! Le Nouveau-Brunswick regorge de ces coins ou la nature ne peut faire que nous éblouir.”

 Aldo Mallet, acadien.

Fabrice M
Fabrice M
photographe - auteur - artiste contemporain