concept planète France

concept planète France

PLANÈTE FRANCE

le pays de tous les pays, un plaidoyer pour la paysageo-diversité

 

Ce concept est le fruit d’un long travail d’explorations photographiques, durant des années de terrain un peu partout en France. On y découvre une palette extraordinaire de jungles, canyons, grottes, cascades ou glaciers (plus des 100 sites), tous plus exotiques ou dépaysants les uns que les autres. Un voyage au cœur d’un pays que les français croient connaitre, et pourtant…!

La France y est présentée comme une synthèse de tous les paysages du monde,le pays de tous les pays, une véritable petite planète …! Tout cela a fait l’objet d’un livre imposant, Prodigieuse planète France, aux éditions Heredium. Sur plus de 300 pages, Frédérique Roger et moi-même y présentons des sites incroyables, mis en comparaison avec leurs homologues du monde entier. Un voyage esthétique, mais aussi géologique et écologique. Pour preuve, Planète France a été labellisé COP21 en 2015, donnant lieu à une grande exposition en partenariat avec le Fonds S. Augier , sur les Champs Élysées (façade du Fouquet’s).

Planète France est la vitrine le fer de lance d’une nouvelle grille de lecture écologique : la paysageo-diversité.

Il existe encore des paysages de rêve, disséminés aux quatre coins de l’hexagone. Des paysages magnifiques qui reposent sur des écosystèmes complexes mais fragiles, et qu’une situation géographique peu commode ou des mesures de protection ont préservé de notre impact. Ces paysages d’exception sont riches d’une diversité et d’une force dont nous perdons peu à peu l’habitude. Témoigner de leur beauté est le plus sur moyen de les défendre et de les ramener à notre conscience. C’est tout le sens de ma démarche et de mon travail de photographe.

Se préoccuper des paysages est une priorité. Les enjeux écologiques nous sont désormais presque familiers, à travers les notions de développement durable et de biodiversité ; mais où se développe la vie et sa diversité sinon au sein d’un “paysage” ?

Un paysage ne se résume pas à une idée bucolique ; c’est avant tout la plus grande entité que nos yeux puissent embrasser en une seule fois. Avec lui, tous les paramètres biologiques, géologiques, climatiques, hydrologiques et atmosphériques sont pris en comptes d’un seul coup. Le paysage renferme tous les enjeux du vivant et de l’inanimé ; plus encore, il ne les sépare pas, n’en fait pas des disciplines distinctes, mais constate et préserve toutes leurs interactions et leurs interdépendances. C’est la bulle écologique la plus complète que nous puissions percevoir à titre individuel.

A travers le « sauvagerie » et la richesse esthétique d’un paysage on évalue déjà un peu sa valeur : sans apprentissage scientifique particulier, tout à chacun sent déjà intuitivement si telle ou telle parcelle du monde grouille de vie , est sous l’influence d’interventions humaines, a subit des dommages, est sur le déclin ou en cour de régénération… Nous ressentons un paysage et sa force, qu’il nous fascine, nous attire ou nous repousse. C’est par ce ressenti que nous sommes en premier lieu sensibles à la Nature. Toutes les informations plus ou moins conscientes que reçoit notre cerveau lorsqu’il contemple un paysage, provoquent ou non un bien-être, et le sentiment de « beau ». Bien qu’infiniment subjectif, ce fameux critère esthétique viendra motiver en premier lieu notre attachement et notre affection à un environnement naturel.

Est-ce à dire qu’il faut se désintéresser de ce qui ne flatte pas nos yeux, bien sur que non ; mais à la manière d’une vitrine, il faut déjà donner envie de rentrer dans le magasin avant d’en découvrir tous les articles. L’extraordinaire potentiel des plus beaux paysages est là : nous mobiliser et toucher nos cordes sensibles pour prendre conscience du patrimoine dont nous avons aujourd’hui la responsabilité.

La biodiversité garantie la richesse du vivant dans un écosystème. Le paysage est une synthèse particulièrement intéressante pour évaluer la biodiversité, puisqu’il accueille tous les écosystèmes qui le composent. Protéger un paysage c’est protéger toute sa biodiversité et l’ensemble des connexions avec le milieu, les sols, la lumière du soleil, la chaleur induite, l’évaporation, la diffusion des précipitations, les cours d’eau, les courants, l’érosion… Quel sens peut avoir la protection d’une plante ou d’un animal sans son environnement paysager ?

Le paysage est aussi le témoin direct et flagrant de tous bouleversements climatiques ; sécheresses, inondations, tempêtes, hausse du niveau des mers ou autres glissements de terrain impactent directement un paysage. Encourager, préserver la diversité et l’intégrité des paysages, c’est agir de façon globale et profonde pour la protection de la planète et de tous les être vivants. La paysageo-diversité est une notion à la fois nouvelle et vieille comme le monde qu’il faut désormais prendre en compte. Elle garantie non seulement le respect de la vie sur Terre, mais aussi sa pérennité, car un paysage s’inscrit dans la durée. Un paysage respecté offrira une protection à long terme pour l’ensemble de ses occupants.

Le paysage s’inscrit par nature dans la logique du développement durable.

 

Fabrice Milochau

 
>>visualiser le film photographique PLANETE FRANCE

 

 

 

ENGLISH VERSION
Planet France,
Advocacy for landscape-diversity

There are still dream landscapes, scattered around the hexagon. Beautiful landscapes that are based on complex but fragile ecosystems, and that an awkward geographical location or protective measures have preserved our impact. These exceptional landscapes are rich in diversity and strength that we are gradually losing. To testify of their beauty is the best way to defend them and bring them back to our conscience. That’s the meaning of my approach and my work as a photographer.

Caring about landscapes is a priority. Ecological issues are now almost familiar to us, through the notions of sustainable development and biodiversity; but where does life develop and its diversity if not within a “landscape”?

A landscape is not just a bucolic idea; it is above all the largest entity that our eyes can embrace in one go. With him, all biological, geological, climatic, hydrological and atmospheric parameters are taken into account at once. The landscape contains all the issues of the living and the inanimate; moreover, it does not separate them, does not make them distinct disciplines, but observes and preserves all their interactions and interdependencies. It is the most complete ecological bubble that we can perceive individually.

Through the “savagery” and the aesthetic richness of a landscape, we already evaluate its value a little: without any particular scientific learning, everyone already feels intuitively if this or that part of the world is teeming with life, is under the influence of human intervention, has suffered damage, is on the decline or in the process of regeneration … We feel a landscape and its strength, that it fascinates us, attracts us or pushes us back. It is by this feeling that we are primarily sensitive to Nature. All the more or less conscious information that our brain receives when it contemplates a landscape, whether or not it causes well-being, and the feeling of “beautiful”. Although infinitely subjective, this famous aesthetic criterion will motivate in the first place our attachment and affection to a natural environment.

Does this mean that we must be uninterested in what does not flatter our eyes, of course not; but in the manner of a showcase, you must already want to go back to the store before discovering all the items. The extraordinary potential of the most beautiful landscapes is there : we mobilize and touch our sensitive strings to become aware of the heritage of which we have the responsibility today.

Biodiversity guarantees the wealth of life in an ecosystem. The landscape is a particularly interesting synthesis for assessing biodiversity, since it hosts all the ecosystems that make it up. Protecting a landscape means protecting all of its biodiversity and all connections with the environment, the soil, sunlight, heat induced, evaporation, the diffusion of precipitation, watercourses, currents, Erosion … What meaning can the protection of a plant or an animal without its landscape environment?

The landscape is also the direct and blatant witness of all climatic upheavals ; droughts, floods, storms, rising sea levels or other landslides directly impact a landscape. Encouraging and preserving the diversity and integrity of landscapes means acting in a comprehensive and profound way to protect the planet and all living beings. The landscape-diversity is a concept both new and old as the world must now be taken into account. It not only guarantees respect for life on Earth, but also its durability, because a landscape is in the long term. A respected landscape will provide long-term protection for all occupants.

The landscape is inherently part of the logic of sustainable development.

Fabrice M
Fabrice M
photographe - auteur - artiste contemporain